Volksgiving 2020

Cette année, les travailleurs essentiels ont fait preuve de véritable courage et de résilience devant l’adversité. Alors qu’ils étaient plus nécessaires que jamais, ils ont répondu à l’appel du devoir. C’est pourquoi on a décidé de les inviter à répondre à un autre genre d’appel.

Depuis plusieurs années déjà, l’événement Volksgiving nous permet de remercier des propriétaires de Volkswagen partout au pays qui incarnent l’exceptionnel. C’est maintenant une tradition qu’on attend avec impatience, car on découvre chaque année une multitude d’histoires touchantes qui méritent d’être racontées.

Compte tenu de la situation actuelle, c’était tout naturel de profiter de cet événement pour mettre l’accent sur les travailleurs essentiels qui font face à la pandémie avec bravoure. On a lancé un appel aux propriétaires de Volkswagen partout au pays pour qu’ils nomment des candidats ayant affronté les conséquences de la COVID-19 dans le cadre de leurs fonctions, que ce soit aux premières lignes dans le domaine de la santé ou à titre de soutien pour l’effort collectif de notre société face à cet ennemi invisible. Les réponses ont été plus nombreuses que jamais.

Notre conclusion : le nombre de gens partout au pays qui méritent d’être remerciés en 2020 est absolument étourdissant. Mais si on peut faire notre part en racontant l’histoire de certains d’entre eux, on aura au moins contribué à mettre du vent dans les voiles de ce mouvement de solidarité. Les histoires sélectionnées nous ont toutes touchés et sont des exemples d’une humanité et d’une endurance qu’on se doit de célébrer.

Katerine, infirmière aux soins intensifs, qui, en plus d’avoir annulé les dernières semaines d’un voyage en Australie, est passée d’un temps partiel à un temps plein dans une zone chaude. De jour comme de nuit, elle est allée au chevet de personnes qui se battaient pour leur survie contre un virus encore méconnu. Elle a contracté la COVID, mais est retournée au front dès qu’elle a reçu le feu vert.

Luc, chauffeur de transport adapté, a gardé les mains sur le volant et a offert des moments de liberté à des personnes souvent complètement isolées. Il se souciait de la vulnérabilité de certains de ses usagés face à la COVID alors que son travail rendait la distanciation sociale très difficile, et il a dû se placer en quarantaine à plusieurs reprises.

Sara, éducatrice à la petite enfance en milieu familial, a permis aux travailleurs des premières lignes de se rendre au front pour sauver des vies. Elle a dû faire preuve d’une extrême prudence en ce qui concerne les procédures sanitaires pour épargner ses deux parents âgés qui habitaient dans la demeure où se trouvait la garderie.

Julie, infirmière aux soins palliatifs, a accompagné de nombreux patients lors de leurs derniers jours alors qu’ils devaient rester isolés de leurs proches. Elle a dû continuer à travailler, même lorsque son fils s’est placé en confinement dans le sous-sol familial après avoir contracté la COVID.

Josiane, préposée aux bénéficiaires, a mis ses projets de voyage et de mariage de côté afin de consacrer tout son temps et toute son énergie à prendre soin des gens les plus touchés. Elle a agi en tant qu’aidante et soignante, mais aussi en tant qu’accompagnatrice pour des personnes âgées seules devant la maladie.

Jonathan, livreur de matériel médical, est devenu un contact humain essentiel pour de nombreuses personnes vulnérables. Il a également dû gérer l’équilibre délicat d’agir comme lien avec le monde extérieur pour des gens isolés tout en gardant une discipline sanitaire sécuritaire pour protéger sa femme et son jeune enfant à la maison.

David, ambulancier, a fait preuve de courage, de dévouement et de sang froid pour secourir des gens dans le besoin tout au long de la pandémie. Nouveau papa, il devait tout mettre en place pour ne pas contaminer sa jeune famille.

Laura, infirmière en première année de pratique, a dû apprendre les rudiments du métier durant la pandémie. Elle a soigné, soulagé et réconforté des patients parfois au seuil de la mort en donnant tous les jours le meilleur d’elle-même.

Shanie, d’abord coordonnatrice puis directrice de résidence pour aînés, a passé deux mois à travailler 20 heures par jour, allant jusqu’à dormir sous son bureau. Elle a fait tous ces efforts pour garantir le bien-être de ses résidents.

Tous ces travailleurs essentiels ont répondu à l’appel du devoir. C’est pourquoi on les a invités à répondre à un autre type d’appel, un appel téléphonique de remerciements offerts par ceux et celles que leurs gestes ont touchés directement lors de cette période plus difficile. On les a également remerciés avec un cadeau sur mesure qui tenait compte de leurs intérêts et de leurs besoins. Une récompense plus que méritée.

Cette année, le « giving » (donner) de Volksgiving prend un double sens. Oui, Volkswagen voulait offrir des remerciements et des attentions toutes particulières à ceux et celles qui avaient été sélectionnés, mais c’était également l’occasion idéale pour souligner le don de soi. Malgré une situation sans précédent, ces intervenants ont eu le réflexe de donner encore plus d’eux-mêmes pour appuyer ceux et celles qui étaient dans le plus grand besoin.

Venez les célébrer avec nous en visionnant la vidéo.

Votre navigateur n'est pas supporté. Afin d'optimiser votre expérience sur le site ainsi que la rapidité et la sécurité, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.

S'il vous plaît, pensez à mettre à jour votre navigateur.